Logo du Culture et Communications.
 

L'Assemblée nationale souligne le 25e anniversaire de l'adoption de la Charte de la langue française en présence du premier ministre Bernard Landry

12 décembre 2002

Québec, le 12 décembre 2002 – Le premier ministre du Québec, monsieur Bernard Landry, a participé cet après-midi, à la salle du Conseil législatif de l’Assemblée nationale, à une cérémonie soulignant le 25e anniversaire de l’adoption de la Charte de la langue française. L’événement s’est déroulé en présence de la présidente de l’Assemblée nationale, madame Louise Harel, de la ministre d’État à la Culture et aux Communications et ministre responsable de la Charte de la langue française, madame Diane Lemieux, du député d’Outremont et porte-parole de l’opposition officielle pour les questions relatives à la Charte de la langue française, monsieur Pierre-Étienne Laporte, et de la députée de Berthier, madame Marie Grégoire.

« Plusieurs personnes présentes aujourd’hui ont été associées de près à la naissance et à l’essor de la Charte de la langue française. Je veux aujourd’hui leur rendre hommage, car cette loi fondamentale est certainement l’instrument collectif le plus puissant que nous nous soyons donné, comme société, pour que le français soit chez nous la langue normale et habituelle de la vie publique, au-delà des différences de culture et d’origine. Je veux également saluer le courage et la détermination de celui à qui René Lévesque avait confié la tâche à la fois titanesque et délicate de donner aux Québécoises et aux Québécois une loi qui assurerait la sauvegarde et le rayonnement du français », a déclaré le premier ministre aux parlementaires et invités réunis pour l’événement.

De son côté, la présidente de l'Assemblée nationale du Québec, madame Louise Harel, a rappelé le parcours législatif de la Charte à l'Assemblée nationale. « C'est à l'Assemblée nationale qu'ont été débattus les grands enjeux qui animent notre collectivité et qu'ont été votées les lois importantes qui ont jalonné notre histoire et transformé notre façon de vivre en société.  La Charte de la langue française est certes l'une de ces lois. En 1977, les députés de cette Assemblée ont réussi, en quatre mois seulement, à débattre et à adopter une pièce législative majeure, qui a contribué à édifier le Québec moderne que nous connaissons aujourd'hui », a indiqué Mme Harel.

Par ailleurs, la ministre Diane Lemieux a déclaré lors de la lecture en Chambre d’une motion soulignant le 25e anniversaire de l’adoption de la loi 101, que « la Charte a non seulement aidé à redonner à Montréal un visage français dans l’affichage public et la publicité commerciale, mais elle a également fait en sorte que cette langue soit de plus en plus utilisée au travail et dans la vie des entreprises québécoises ». Elle a toutefois précisé que « les forces dominantes du marché en Amérique du Nord, la mondialisation des économies et les nouvelles technologies de l’information et des communications constituent des facteurs qui favorisent fortement l’usage de l’anglais.  Ces tendances doivent nous inciter à redoubler de vigilance et à militer activement pour la diversité culturelle et linguistique sur la scène internationale ».

La troupe musicale Québec Issime a clôturé les activités de cette journée en présentant un tour de chant inspiré du répertoire de la chanson québécoise des vingt-cinq dernières années. Profitant des célébrations à l’Assemblée nationale, l’Office québécois de la langue française a également remis aux parlementaires un numéro spécial de la Revue d’aménagement linguistique. Cette publication, à laquelle ont collaboré plusieurs spécialistes, trace un bilan des retombées attribuables à la Charte depuis 25 ans.

 
 
 

Partager cette information

 
 
 

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2009