Logo du Culture et Communications.
 

La ministre Diane De Courcy réagit aux données

24 octobre 2012

À la lumière des données rendues publiques par Statistique Canada ce matin, Mme Diane De Courcy, ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Charte de la langue française, a commenté le portrait que suggèrent ces chiffres pour le Québec.
La ministre a affirmé d’entrée de jeu : « Nous pouvons tous clairement constater qu’une fois de plus le poids du français diminue, et de façon de plus en plus spectaculaire depuis les deux derniers recensements. Ce recul est évident, autant au Canada dans son ensemble qu’au Québec, et plus particulièrement à Montréal et à Laval. »

Mme De Courcy a mentionné que ce recul du français était déjà constaté par plusieurs dans les rues, dans les commerces ou en cherchant du travail. Ces impressions se voient maintenant confirmées par les chiffres de Statistique Canada. La ministre a soutenu que ces données sont inquiétantes pour toutes celles et tous ceux qui veulent qu’on puisse vivre en français au Québec.

« Cette volonté, j’y souscris avec conviction, en tant que garante de cette Loi, comme une majorité des Québécoises et Québécois de toutes origines. Mais je ne peux agir seule. Cette volonté – toujours actuelle – doit faire consensus aujourd’hui plus que jamais. Surtout quand on sait que depuis les deux derniers recensements, nous avons accueilli au Québec près d’un demi-million de personnes immigrantes, sans compter les nombreux étudiants étrangers et travailleurs temporaires qui viennent chez nous chaque année », a poursuivi Mme De Courcy.

Au regard de ceux et celles que nous accueillons, la ministre affirme que nous avons la responsabilité collective de faire plus et de faire différemment, de mettre en œuvre des moyens modernes permettant d'assurer la progression du français. Il faut identifier ces moyens avec toutes les Québécoises, tous les Québécois et l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale. Ces moyens peuvent être incitatifs, administratifs et législatifs. Pour la ministre De Courcy, « une chose est sûre, les voeux pieux ne suffiront plus. »

Mme De Courcy a conclu : « Il y a au moins deux choses que les chiffres de ce matin ne nous disent pas : d’abord quel est le degré d’attraction du français, puis quelle est la langue de travail dans nos entreprises. Ce sont des questions des plus pertinentes quand on sait à quel point la langue de travail est déterminante pour l’intégration des immigrants. Qu’en est-il réellement? Statistique Canada n’a pas répondu à cette question ce matin. Le Québec devra s'assurer d'avoir accès à ces données importantes bientôt. »

 
 
 

Partager cette information

 
 
 

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2009